Podcast INTERVALLE : L'activité physique, un enjeu de société

  • Culture scientifique
  • Recherche
Publié le 13 septembre 2023 Mis à jour le 12 décembre 2023
Date(s)

du 1 décembre 2023 au 1 juin 2024

photo intervalle
photo intervalle

Quelles différences entre activité physique et sport ? Pourquoi sommes-nous devenus aussi sédentaire ? Comment promouvoir l’activité physique auprès de la population ? Quels impacts sur l‘économie ? Un échange passionnant avec Anne Vuillemin, professeur des universités à Université Côte d’Azur, qui donne envie de bouger !

Sortie du troisième épisode du podcast INTERVALLE 

Un épisode en compagnie d'Anne Vuillemin, professeur en STAPS au Laboratoire Motricité Humaine Expertise Sport Santé - LAMHESS (Université Côte d'Azur) et directrice de l'Ecole Universitaire de Recherche HEALTHY, d'Université Côte d'Azur. 



 

Ce n’est pas un secret, la pratique d’une activité physique participe à notre bon état de santé. À l’échelle individuelle, la liste de ses bienfaits est longue : amélioration de la qualité du sommeil, du moral, du fonctionnement du cœur etc. Toutefois, les effets positifs vont au-delà de la santé et influent sur de nombreux secteurs. Anne Vuillemin, chercheuse au Laboratoire Motricité Humaine, Expertise, Sport, Santé (LAMHESS) d’Université Côte d'Azur explique :

 "L'activité physique est un levier intéressant. Elle peut répondre à des objectifs environnementaux, en favorisant la marche ou l’utilisation du vélo, participer à l’éducation, en permettant de comprendre comment le corps fonctionne, et a un impact sur l’urbanisme, avec la mise en place de pistes cyclables et de trottoirs.”


Les enjeux socio-économiques sont également importants. D’après un rapport de France Stratégie de 2022, le cout social de l’inactivité physique serait de 140 milliards d’euros par an, un chiffre correspondant à plus de 38 milles décès et 62 milles pathologies causées chaque année. Pourtant, bien que le lien entre l’activité physique et la santé soit aujourd’hui démontré, faire en sorte que les gens bougent plus n’est pas une mince affaire.
 

Plusieurs actions pour plusieurs solutions
 

La promotion de l’activité physique est un enjeu pour Anne Vuillemin. La chercheuse explique qu’il existe de nombreuses actions, mais qu’elles doivent être proposées en même temps pour se renforcer, créer une dynamique positive et aboutir à un cercle vertueux.
 

“C’est la multiplicité des solutions, mises en synergie, qui vont permettre à chacun, à un moment de sa vie, de pouvoir pratiquer une activité physique”
 

Il y a deux types de solutions à distinguer : les actions menées dans le domaine de l’environnement, afin de le rendre favorable à l’activité physique, et les actions menées auprès d’un individu, selon ses particularités. Dans le premier cas, il s’agit d’investir l’espace public pour créer des lieux favorables à la pratique d’une activité physique. Cela passe par l’aménagement de parcs, de trottoirs ou la construction de terrains de sport, mais également par des campagnes de communication locales afin de valoriser ces espaces. Le second type de solutions concerne les actions menées directement auprès d’une personne. Anne Vuillemin précise :
 

“On agit sur son comportement et sur ses motivations pour comprendre ce qui l’amènera à pratiquer une activité physique car il y a des facteurs propres à chaque individu. Des accompagnements de proximité encadrent ce changement d’attitude, mais il faut y ajouter l’aide de l’entourage afin d’avoir une forme de soutient social.”

 

Activité physique, sport, et société

 

Nous parlons d’activité physique à partir du moment où notre corps se met en mouvement. Il s’agit de nos actions quotidiennes, comme le fait de marcher pour se rendre à la gare, ou la pratique régulière d’un sport. Entre les Jeux Olympiques 2024 et la coupe du monde de rugby 2023, nous pourrions imaginer que les françaises et français soient galvanisés par cet élan sportif. La réalité présentée par Anne Vuillemin est tout autre :

“Nous avons récemment publié une étude faisant la synthèse de la question des grands événements sportifs et nous nous sommes aperçus qu’il n’y avait pas d’effet, ni immédiat ni décalé, sur le niveau d’activité physique de la population.”


Bien qu’il y ait un lien avec la pratique sportive, les enjeux de ces événements sont ailleurs et ne participent pas à la promotion de l’activité physique.

Par ailleurs, depuis une vingtaine d’année, une grande place est consacrée à l’activité physique dans les politiques : stratégies, plans, recherches, l’activité sportive a même été décrétée Grande Cause Nationale 2024 par le Président de la République. Cependant, les moyens pour mettre en œuvre ces politiques et les évaluer sont faibles, de même que le budget alloué à la promotion de l’activité physique à des fins de santé. Anne Vuillemin se demande :

“Est-ce réellement une priorité ? Il y a des dispositifs multiples, mais ils ne sont pas coordonnés de manière optimale. Il y aurait un travail d’amélioration des rôles transversaux de l'activité physique dans les politiques.”

Ainsi, sur le papier il n’y a pas de doute, l’activité physique a une influence dans de multiples domaines que ce soit la santé, l’économie, l’urbanisme, ou les transports. Toutefois, dans un monde de plus en plus sédentaire, il reste du chemin à parcourir afin de la rendre accessible et attrayante.

 

INTERVALLE, le podcast scientifique d'Université Côte d'Azur 


INTERVALLE est un podcast produit par le service Science et Société d'Université Côte d'Azur et disponible sur toutes les plateformes d'écoute. Ce podcast est à la portée de tous les curieux qui ont soif de découvertes ! A chaque épisode, une chercheuse ou un chercheur d'Université Côte d'Azur vous accompagne dans un voyage unique au cœur de ses travaux de recherche !
 

Accéder à tous les épisodes du podcast